Liparo Nouveauté

C’est en Grèce, dans le petit village macédonien dont il est originaire, que Petros Efstathiadis s’attache à photographier, par le prisme de ce microcosme, une terre en mutation. Là-bas, « pas l’ombre d’un péristyle antique (…), nulle silhouette de maison blanchie à la chaux », mais des portraits réalisés devant des bâches en plastique, des constructions composées de bric et de broc, des personnages vêtus de mystérieux costumes dont on ne voit pas le visage. S’inspirant des clichés réalisés par Walker Evans durant la Grande Dépression, dans lesquels il perçoit une véritable contemporanéité, Efstathiadis s’attache à restituer les traumas de son pays. Il s’impose alors des règles qui régissent son processus de création : ne photographier que certains types d’objets, dans certains lieux, avec un certain degré de détails ; laisser la matière brute ; procéder de manière instinctive. Ainsi, le photographe rassemble des objets hétéroclites, destinés au rebut ou trouvés dans les arrière-cours des villageois. Des objets qui racontent une histoire entendue ou vécue, dans ce petit village d’un pays en crise, et qui ouvrent une échappée vers un monde fictif et symbolique.

Les médias en parlent

Collection Prix HSBC pour la Photographie

dirigée par Christian Caujolle

Relié, 19 x 24 cm

108 pages

60 photographies

Texte : Raphaëlle Stopin

Expositions

Galerie Clémentine de la Ferronière, Paris

12 avril – 18 mai 2018

Galerie Le Réverbère, Lyon

31 mai – 13 juillet 2018

Musée de la Photographie, Mougins

20 juillet – 16 septembre 2018

L’Arsenal, Metz

27 septembre – 29 octobre 2018

ISBN : 978-2-36511-181-2

30,00 €

voir le panier 

Panier  

Aucun produit

0,00 € Livraison
0,00 € Total

Panier Commander