© Jane Evelyn Atwood

Jane Evelyn Atwood

« Photographe obsessive », avant d’être photojournaliste, selon ses propres termes, Jane Evelyn Atwood développe une œuvre surprenante, oscillant entre documentaire et témoignage d’artiste. Fascinée par les figures de l’exclusion, elle pénètre des mondes que tous ignorent ou refusent de voir et en livre des images aussi empathiques que dures, loin de tout misérabilisme.

Née en 1947 à New York, elle vit à Paris depuis 1971. Elle trouve sa voie en réalisant son premier reportage Nächtlicher Alltag (Daily Nightlife) en 1981, série sur le monde des prostituées, qu’elle fréquente depuis 1976. Ne s’attachant qu’aux sujets qui la captivent totalement, elle y plonge pour n’en ressortir qu’une fois certaine d’avoir compris l’essentiel et assurée que ses photos traduiront sa vision. Elle consacre parfois des années à ses projets : dix-huit mois pour la Légion étrangère qu’elle suit à Beyrouth et au Tchad, de 1983 à 1985, dix ans pour ses reportages sur les enfants aveugles d’écoles spécialisées en France, en Australie, au Japon, en Israël et aux États-Unis (Extérieur nuit, 1998), ou sur le milieu carcéral féminin, tel qu’il se présente dans neuf pays différents (Trop de peines, 2000).

Elle est lauréate de nombreux prix : dès 1980, elle reçoit le First W. Eugene Smith Award, et, plus récemment, en 2005, le Charles Flint Kellogg Award in Arts and Letters.

 

http://www.janeevelynatwood.com

A publié aux éditions xavier barral :

Panier  

Aucun produit

0,00 € Livraison
0,00 € Total

Panier Commander